Atelier
Orlane Favre

Capture web_11-6-2022_224535_.jpeg

tissage à la main

étoffes contemporaines

 

Tisserande

Orlane Favre

079 918 94 62

info@orlanefavre.ch

https://www.orlanefavre.ch/




Adresse
Grand'Rue 12,

1417 Essertines-sur-Yverdon

  • Instagram
Savoir Faire

Fondé en: 2018

 

Années d'expérience: 4 ans

  • Tissage à la main

  • Etoffes contemporaines 

  • Initiation au tissage

Métier
"Comme tout artisanat la difficulté et la beauté de ce métier, réside dans la lenteur de fabrication. La main travaille chaque fil, le met en place avec précision et cela prend du temps. La difficulté est de valoriser suffisamment toutes ces heures pour en vivre."

En quoi consiste votre métier?

Je crée et tisse à la main sur des métiers à tisser traditionnels des textiles pour l’intérieur ou dédiés à l’habillement.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J’aime la douceur des tissus et l'esprit logique que demande le tissage.

 

Quelle formation avez-vous suivie?

J’ai été formée auprès de Mme Danielle Mussard à l’école textile Filambule à Lausanne durant trois ans.

Quelles ont été les étapes marquantes de votre parcours?

Le montage et la restauration de mon premier métier à tisser.

En quoi votre métier est-il un "métier d'art"?

Le tissage à la main est un métier d’art dans la mesure où la composante esthétique est centrale et un soin particulier est apporté aux finitions. Par le geste artisanal et artistique à la fois, il permet la revalorisation des textiles du quotidien.

Quelles sont vos principales sources d'inspiration?

De manière générale, le courant du Bauhaus et le travail d’Anni Albers m’ont beaucoup inspirée. J’aime également travailler à partir des fibres, et souvent ce sont d’elles que provient une large part de mon inspiration.

Quelles sont les principales qualités requises pour exercer votre métier?

De la patience, de la rigueur, un esprit mathématique et un dos bien solide.

Quelles satisfactions retirez-vous de votre métier?

Le moment où le tissage est terminé et qu’il faut le détacher du métier est un des moments les plus magiques. Libéré de la forte tension qui le tenait en place, il s’assouplit, prend du volume ; c’est là qu’il commence son existence propre.

Quelles sont les difficultés particulières de votre métier?

Comme tout artisanat la difficulté et la beauté de ce métier, réside dans la lenteur de fabrication. La main travaille chaque fil, le met en place avec précision et cela prend du temps. La difficulté est de valoriser suffisamment toutes ces heures pour en vivre.

Quelles sont les plus beaux projets auxquels vous ayez pris part?

Un tapis aux motifs géométriques tissé pour un membre de ma famille.

Quelles sont vos plus grande et plus petite réalisations?

La plus grande est un tapis mesurant 1,40 x 1,80 m et la plus petite est une carte réalisée à partir de chutes de tissus mesurant environ 4 x 3 cm.

Comment voyez-vous l'avenir de votre métier?

L’utilisation et la valorisation de fibres locales permettra à mon avis de mettre en valeur la filière textile suisse et de permettre un avenir à ce métier.